Archive for décembre 2009

Pour que toutes les voix dissidentes puissent encore se faire entendre !

16 décembre 2009

De 5000 à 10 000 manifestants ont participé à l’action non-violente et légale « Reclaim Power » ce mercredi 16 décembre. Compte-tenu de la psychose sécuritaire régnant à Copenhague et des provocations multiples des autorités danoises vis-à-vis de cette initiative portée par les coalitions Climate Justice Action et Climate Justice Now, c’est une nouvelle réussite, après l’immense manifestation du 12 décembre qui fera date.

Comme l’on pouvait s’y attendre, la police danoise a réagi de manière violente et complètement disproportionnée en multipliant les arrestations arbitraires, dont celle d’un Français, Nicolas Haeringer, membre du comité de rédaction de Mouvements et porte-parole du Mouvement pour une Alternative Non-Violente. C’est intolérable. Nous exigeons des autorités qu’elles cessent ces provocations incessantes. L’action Reclaim Power visait à bousculer les négociations officielles en créant un « Forum des Peuples » pour faire entendre celles et ceux qui sont ne sont jamais écouté-e-s et pour imposer notre propre agenda et nos solutions.

Alors que les négociations piétinent, que la présidente de la Convention démissionne, que les pays du Nord refusent de reconnaître leurs responsabilités historiques, que l’Union Européenne revoit ses promesses à la baisse, que la France manœuvre vilement pour acheter le soutien de l’Afrique etc… il est plus que temps d’agir pour que les négociateurs entendent les revendications des mouvements sociaux et écologistes. Loin de réclamer la fin des négociations, notre action vise à exiger un « bon accord« , qui engage de façon contraignante les pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre à hauteur au minimum des recommandations du GIEC, qui reconnaisse la responsabilité historique des pays du Nord et qui dégage les fonds nécessaires à l’adaptation et à la conversion énergétique des pays pauvres. Nous portons également les revendications suivantes : pas de solutions basées sur le marché, laisser les ressources fossiles dans le sol, contrôle démocratique des populations sur les ressources naturelles, relocalisation des productions, réduction des surconsommations notamment du Nord, reconnaissance de la dette écologique contractée auprès des pays du Sud, reconnaissance des droits des populations indigènes.

Loin de chercher à nous entendre, l’ONU et les autorités danoises remettent en cause le caractère démocratique et transparent affiché de la COP-15 et la possibilité pour toutes les voix dissidentes de se faire entendre : réduction drastique des accréditations ces mardis et mercredis pour atteindre à peine 1000 puis 90 accréditations jeudi et vendredi pour l’ensemble des ONG et mouvements sociaux, interdiction d’entrée arbitraire depuis ce mercredi matin pour des ONG, comme les Amis de la Terre, ou mouvements perçus comme une « menace » pour le bon déroulé des négociations, … Au final, la COP se referme sur les seuls chefs d’Etat sans que les ONG, les populations indigènes, les mouvements sociaux et plus largement tous les représentants de la « société civile » puissent faire entendre leurs voix. Nous condamnons ces agissements et nous continuerons à faire entendre toutes les voix qui ne peuvent plus s’exprimer librement.

16 déc : « Peoples Assembly to reclaim power »

15 décembre 2009

Suite à l’immense succès de la manifestation de samedi – manifestation qui fera date et qui marque l’arrivée massive des mouvements sociaux dans la bataille climatique, depuis dimanche, les mouvements sociaux et écologistes maintiennent la pression sur les négociations en multipliant les actions de rue et interventions au Bella Center. Aujourd’hui mardi 15 décembre, sera dénoncé l’agrobusiness qui participe fortement au réchauffement climatique sans résoudre la faim dans le monde et tout en enrichissant quelques riches propriétaires et multinationales.

Le 16 décembre, à partir de 8h, organisée par les coalitions Climate Justice Action et Climate Justice Now !, l’initiative « Peoples Assembly to reclaim power » mêlera des actions de rue au plus près du Bella Center et des interventions à l’intérieur même des négociations. L’objectif sera de bousculer les négociations officielles en créant un espace IN-OUT afin de faire entendre celles et ceux qui sont ne sont jamais écouté-e-s et pour imposer notre propre agenda et nos solutions : pas de solutions basées sur le marché, laisser les ressources fossiles dans le sol, contrôle démocratique des populations sur les ressources naturelles, relocalisation des productions, réduction des surconsommations notamment du Nord, reconnaissance de la dette écologique contractée auprès des pays du Sud, reconnaissance des droits des populations indigènes.

Des militant-es des organisations du collectif français Urgence Climatique Justice Sociale y participeront, aussi bien à l’intérieur du centre de négociations qu’à l’extérieur.

Copenhague ne doit pas se transformer en sommet des fausses solutions au changement climatique.

Manifestation Internationale du 12 décembre

11 décembre 2009

Une Manifestation qui fera date.

De 30 000 à 100 000 manifestants selon les sources. De l’avis de tou-te-s, beaucoup plus de 50 000. La place du lieu de départ était bondée, impossible de bouger. L’ensemble du cortège a mis plus d’une heure à s’élancer alors que nous partions sur une avenue large de 40 mètres minimum. C’est une manifestation qui fera date. Copenhague 2009 marque l’arrivée massive des mouvements sociaux dans la bataille climatique. C’est décisif. Il y aura un avant et un après Copenhague 2009.

Partie du Bloc "System Change not Climate Change"

Les militants des organisations du collectif Urgence Climatique Justice Sociale, arrivés en train ou en car ce samedi,  se sont principalement retrouvés dans le « bloc » ‘System Change, not Climate Change » aux côtés de la coalition internationale Climate Justice Now!, avec les Amis de la Terre Internationaux, la Via Campesina, Jubilee South, mouvements sociaux du Sud et du Nord, Climate Justice Action, etc… Avec une double exigence d’obtenir un accord à la hauteur des enjeux et ne comportant pas de fausses solutions, tout en remettant en cause le système productiviste et capitaliste à l’origine des dérèglements climatiques, problèmes environnementaux et inégalités sociales que nous connaissons.

Comme beaucoup d’observateurs ont pu l’affirmer, le cortège était très festif et les dépêches, très alarmistes et inquiétantes, ne reflètent pas l’énergie de cette manifestation, et notamment des paysans, activistes, indigènes, syndicalistes des pays du Sud. Oui, quelques vitres ont été cassés et quelques pavés lancés, mais rien de bien méchant, et la police, et ses robocops surarmés et tendus, étaient bien les plus agressifs. Les gouvernements répressifs de nos pays (voir les dernières mesures répressives votés au Danemark) démontrent une nouvelle fois leurs refus de supporter une opposition démocratique et populaire aux politiques qu’ils mènent depuis des années et qui renforcent les dérèglements climatiques et les inégalités sociales.

Urgence Climatique Justice Sociale bien représenté.

Le sommet sur les changements climatiques mérite mieux que ça. Il reste une semaine de négociations et de pressions citoyennes – et notamment la mobilisation du 16 novembre à laquelle appelle le réseau Climate Justice Now – pour obtenir un accord contraignant, juste, à la hauteur des enjeux et sans fausse solution…

Rappel : de nombreuses initiatives ont été organisées aujourd’hui en France, en voici la liste.

du 5 au 12 Décembre, tous dans la rue !

7 décembre 2009

Le 5 décembre, pour réclamer un accord contraignant, juste et à la hauteur des enjeux, des flash-mob ont été organisées un peu partout en France : Amiens, Angers, Bayonne, Bordeaux, Chambéry, Limoges, Marseille, Nancy, Nantes, Pau, Perpignan, Reims, Paris, Toulouse…

A Paris, ça s’est prolongé par des prises de parole d’internationaux des mouvements écologistes et sociaux du Sud, par le déploiement du patchwork « changeons le système pas le climat » des Amis de la Terre puis par une participation à la manifestation des chômeurs, précaires et licenciés…car sans justice sociale, il n’y aura pas de véritables solutions aux enjeux climatiques et environnementaux. Et c’est derrière notre banderole Urgence Climatique Justice Sociale que nos ami-e-s internationaux ont défilé, accompagné de nombreux militant-e-s du collectif, au rythme de chansons africaines ou philippines, de slogans sud-américains ou indiens.

Convaincus qu’il n’y aura pas d’accord climatiquement efficace et juste socialement sans une immense pression populaire, les collectifs locaux ont prévu de remettre le couvert samedi 12 décembre en écho à la manifestation internationale de Copenhague. Aix-en-Provence, Amiens, Angers, Bayonne, Bordeaux, Briançon, Caen, Evreux, Clermont-Ferrand, Grenoble, La Rochelle, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes (action sur la tour de Bretagne), Perpignan, Royan, St Nazaire, Toulouse…les initiatives vont se multiplier. Tous les détails ici.

La droite sarkozyste n’en a pas moins perdu ses mauvaises habitudes. Ainsi, après une journée de mobilisations bien réussies à Bayonne – voir le CP de Bizi! – des drapeaux aux couleurs de l’association et exigeant un accord contraignant avaient fleuri aux balcons. Ce lundi 7 déc, jour d’ouverture du sommet de Copenhague, le maire UMP de la ville a mobilisé les services de la mairie pour faire enlever, contre l’avis des habitants, les banderoles et autres affichettes. Comme le dit Bizi! , « ce geste ahurissant montre à quel point, entre les appels à la mobilisation citoyenne contre le réchauffement climatique de Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo (président du Parti Radical dont Jean Grenet est le représentant Bayonnais), et la réalité de leurs politiques quotidiennes et concrètes, le décalage est grand« . Voir leur communiqué.

Ce geste ahurissant montre à quel point, entre les appels à la mobilisation citoyenne contre le réchauffement climatique de Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo (président du Parti Radical dont Jean Grenet est le représentant Bayonnais), et la réalité de leurs politiques quotidiennes et concrètes, le décalage est grand.

Caravane pour le climat et la Justice Sociale

6 décembre 2009

Etape parisienne de Caravane pour le Climat et la Justice Sociale

A l’occasion du sommet de l’OMC à Genève et le Sommet du Climat à Copenhague une caravane composée de trente-cinq représentants de mouvements sociaux du Sud, interpelle les pouvoirs publics et les citoyens sur le changement climatique et les conséquences de la libéralisation du commerce sur les peuples du Sud. Elle regroupe des représentants d’associations environnementales, d’organisations paysannes, de groupements indigènes, d’associations de femmes, des acteurs de luttes locales face aux impacts de l’activité des multinationales (industries extractives en particulier) venant d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Océanie.

Le 4 et 5 décembre la caravane était à Paris. Au programme : conférence de presse et ateliers-débat au Sénat (programme ici en .pdf et témoignages accessibles ici) le vendredi. Et le samedi : Flash-mob Climat avec de nombreuses interventions réclamant la justice climatique et rejetant les fausses solutions, manifestation avec les chômeurs et les précaires derrière une banderole « Urgence Climatique Justice Sociale » puis une rencontre fort intéressante, sous l’intitulé « Convergence des Luttes Migrations et Climat« , avec les délégués du Ministère de la Régularisation de tous les sans-Papiers.Des journées bien remplies pour témoigner des impacts directs des négociations commerciales et climatiques sur nos modes de vie et nos environnements.

Vidéo de Rue89 sur la manifestation contre le chômage :



<!–[if !mso]> <! st1\:*{behavior:url(#ieooui) } –>

Etape parisienne de Caravane pour le Climat et la Justice Sociale

A l’occasion du sommet de l’OMC à Genève et le Sommet du Climat à Copenhague une caravane composée de trente-cinq représentants de mouvements sociaux du Sud, interpelle les pouvoirs publics et les citoyens sur le changement climatique et les conséquences de la libéralisation du commerce sur les peuples du Sud.

Cette délégation partira de Genève le 2 décembre au lendemain de la Conférence ministérielle de l’OMC, pour rallier Copenhague le 7 décembre et participer au Sommet des Nations unies sur le changement climatique. Elle regroupe des représentants d’associations environnementales, d’organisations paysannes, de groupements indigènes, d’associations de femmes, des acteurs de luttes locales face aux impacts de l’activité des multinationales (industries extractives en particulier) venant d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Océanie.
Cette caravane entend témoigner des impacts directs des négociations commerciales et climatiques sur leurs modes de vie et leurs environnements.

Le 4 et 5 décembre la caravane s’arrêtera à Paris. La Confédération Paysanne, l’AITEC, les Verts et Attac France accueilleront la caravane le vendredi 4 décembre au Sénat.

Programme de la journée du vendredi 4 Décembre

Sénat – Palais de Luxembourg : 15 ter rue de Vaugirard 75006 Paris.

Conférence de presse : 10h30 Salle Vaugirard en présence de :

Maxime Combes (Aitec-IPAM, co-animateur du collectif UCJS), Susan George (Attac France), Sina Davis Brown (Coordination des mouvements pour les droits et l’auto-détermination des peuples Maoris, Samoa), Alexandra Almeida (Accion Ecologica, Equateur), Alphonsine Nguba (Via Campesina, Confédération paysanne RDC Congo).

Tables rondes : Salle Monnerville

14 h30 – 15 h45 Agriculture et Souveraineté Alimentaire.

Avec Alphonsine Nguba de La Via Campesina,  RDC,  Jorge Galleano de La Allianca de campesinos, Paraguay, un représentant du réseau Semences paysannes et Jacques Muller, sénateur du Haut Rhin, groupe les Verts-EE.

16 h00 – 17 h30 Négociations Climatiques.

Avec Lucila Bettina Cruz Velazquez (Asamblea en Defensa de la Tierra y el Territorio, Mexique),  Maureen Santos, REBRIP (Brésil), Diego Cardona (Global Forest Coalition, Colombia), Christophe Aguiton (Attac France), un représentant des Amis de la Terre France, un représentant des Verts et Marie-Christine Vergiat, députée européenne, Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique

Inscription et informations pour la journée du vendredi 4 décembre au 01 42 34 27 96

Copenhague ne doit pas se transformer en sommet des fausses solutions au changement climatique.

5 décembre 2009

Info presse du 4 décembre – Egalement disponible ici en .pdf

Nous avons besoin d’un accord contraignant, juste et la hauteur des enjeux .

Le sommet de Copenhague sur le changement climatique débute ce lundi 7 décembre. Les négociations, elles, ont réellement commencé à Bali en décembre 2007 et elles sont loin d’avoir abouti. Les annonces de ces derniers jours, qu’elles proviennent des Etats-Unis, de l’Union Européenne, de la Chine ou du Brésil, ne modifient pas radicalement la donne. Les propositions des pays développés, tant en termes d’engagements de réduction de gaz à effets de serre que de financements, ou de transferts de technologies dites « vertes », ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités historiques dans le changement climatique actuel. La Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud, et derrière eux sans doute l’ensemble des pays du G77, sont prêts à quitter la table des négociations si les propositions des pays développés ne sont pas sérieusement revues à la hausse, et cela sans contrepartie contraignante pour les pays historiquement peu émetteurs de CO2.

Derrière ces parties de poker-menteur, qui ont peu à voir avec les intérêts des populations et la lutte contre les dérèglements climatiques, se jouent des batailles de leadership international qui ne visent qu’à maintenir ou renforcer des dominations commerciales, économiques et financières. Nous ne pouvons que nous inquiéter des risques que font peser ces stratégies sur le maintien d’un cadre onusien, contraignant et multilatéral de discussions et de décisions. Nous réaffirmons avec force notre exigence d’aboutir, dans le cadre de l’ONU, à un accord contraignant, juste et à la hauteur des enjeux. C’est aux gouvernements des pays développés de prendre leurs responsabilités.

D’autre part, le sommet de Copenhague ne doit pas se transformer en sommet des fausses solutions au changement climatique. Les propositions visant à créer un marché mondial du carbone quasi sans régulation et à étendre les mécanismes de compensation sont inacceptables. Nous refusons l’Intégration du mécanisme REDD (Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts), des techniques agricoles, du nucléaire ou encore de la capture et du stockage de carbone (CSC), dans les mécanismes de flexibilité autorisant la création de certificats d’émission qui alimenteront les marchés carbone et la spéculation. Source de risques financiers, d’inefficacités écologiques et d’injustices sociales, la finance carbone n’est pas la solution, mais une partie du problème.

Il n’y aura pas de solutions aux dérèglements climatiques sans une transformation radicale de notre modèle de développement productiviste, construit sur la prédation des ressources et la mise en concurrence des populations. Les populations les plus pauvres, du Sud et du Nord, ne peuvent être celles qui paient l’addition. Les sommes colossales investies dans le sauvetage du système bancaire montrent que les moyens financiers existent. Mobilisons-les pour sauver le climat et assurer une véritable justice sociale et climatique à l’échelle de la planète.


10 ans après Seattle, sauver le climat, pas l’OMC

1 décembre 2009

10 ans après Seattle, de nombreuses associations, syndicats, ONG et partis politiques se sont donnés rendez-vous à Genève à l’occasion de la ministérielle de l’OMC (30 nov – 2 déc) : manifestation (récit ici), forums de débats (un exemple ici), actions diverses (programme ici)… Pascal Lamy tente de clôturer le cycle de Doha et de libéraliser le commerce de nouveaux secteurs économiques,  comme les biens et services environnementaux, ne cessant d’affirmer que c’est la solution aux crises actuelles. Nous avons donc rappelé avec force que les politiques de l’OMC, comme celles du FMI et de la Banque Mondiale, sont en grande partie responsables des crises économiques, financières ou environnementales que nous traversons. Comme le soulignent les Amis de la Terre, sur le plan agricole, l’OMC soutient les multinationales, pas l’autonomie alimentaire des peuples (voir ici). Attac (voir ici) considère que l’OMC a « développé un dogme, celui du libre-échange » qui « ne saurait être la solution », notamment aux enjeux environnementaux.

Et c’est bien parce que les politiques commerciales et les enjeux climatiques sont intimement liés qu’une caravane de militants de mouvements sociaux et environnementaux des pays du Sud quittera Genève le 3 décembre pour se rendre à Copenhague, en passant par Paris les 4 et 5 décembre (Programme ici). Bien-entendu, les politiques de l’OMC sont bien loin de permettre de sauver le climat et la justice sociale (vor ici). Attac a d’ailleurs récemment publié un rapport qui pointe les risques engendrés par les fausses solutions du marché qui sont utilisés pour répondre aux enjeux climatiques.

Contre la marchandisation de la planète et de tous les biens communs de l’humanité, les mouvements sociaux et environnementaux présents à Genève exigent que l’on laisse tomber les vieilles recettes libérales, sources des crises que nous vivons, telles que la libre-concurrence et le libre-échange commerciaux, l’extension des marchés carbone, les régimes de propriété intellectuelle promu par l’OMC… Un véritable plan pour sauver le climat et assurer la justice sociale doit rompre avec les politiques libérales de ces 30 dernières années qui ont mené nos sociétés dans le mur.