Archive for septembre 2011

Etats-Unis : 1252 manifestants contre les sables bitumineux arrêtés

26 septembre 2011

Du 20 août au 3 septembre, des milliers de personnes ont participé à des sit-in quotidiens devant la Maison-Blanche pour l’une des plus importantes campagnes de désobéissance civile jamais planifiées aux États-Unis pour une cause écologique. Interdits, ces rassemblements ont abouti à l’arrestation de 1 252 personnes. Des dizaines d’autres actions ont été organisées aux États-Unis et au Canada, à l’initiative de Tar Sands Action, afin de s’opposer à la construction d’un pipeline, Keystone XL, acheminant le pétrole produit à partir de sables bitumineux de l’Alberta vers des raffineries du Texas.

Long de 2 735 kilomètres, ce pipeline doit traverser du nord au sud les États du Montana, du Dakota-du-Sud, du Nebraska, du Kansas et de l’Oklahoma. Coûtant 7 milliards de dollars et porté par la major de l’énergie nord-américaine TransCanada, il pourrait acheminer 700 000 à 800 000 barils de pétrole non raffiné par jour. Au delà des importants risques de fuites, c’est l’idée même d’extraire du pétrole des sables bitumineux et de l’exporter partout sur la planète, et notamment en Europe, qui a suscité cette très importante mobilisation.

Etait notamment ciblés la Maison-Blanche et Barack Obama car ce projet de pipeline, aujourd’hui considéré « d’intérêt national », doit obtenir une autorisation présidentielle d’ici la fin de l’année. Rappeler comme l’ont fait neuf prix Nobel, la promesse d’Obama « de créer une économie faite d’énergie propre » et ainsi peser pour obtenir l’abandon de ce pipeline est soutenu par des canadiens comme Naomi Klein qui, convaincus qu’il n’y a rien à attendre de leur gouvernement conservateur nouvellement et triomphalement réélu, soutient une « stratégie pour étrangler les sables bitumineux de l’extérieur ». Une stratégie à développer en Europe pour stopper la production de ce pétrole sale ?

Pour aller plus loin :

Journée pour la transition énergétique et la sortie des énergies fossiles

21 septembre 2011

Ce samedi 24 septembre, dans le cadre d’une journée mondiale pour la transition énergétique et la sortie des énergies fossiles, de nombreuses actions seront organisées un peu partout dans le monde à l’initiative de moving-planet.org et 350.org.

A Paris le rendez-vous est à 14h30, Place Joffre, près de la Tour Eiffel. Une fresque humaine en forme d’éolienne y sera organisée.

Tous les rendez-vous sont sur http://www.moving-planet.org/fr/

Durban : appel de la Via Campesina

19 septembre 2011

A un peu moins de trois mois de la 17ème Conférence des Parties (COP 17) de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (UNFCCC) qui se tiendra à Durban en Afrique du Sud, du 28 novembre au 9 décembre 2011, la Via Campesina appelle « les mouvements sociaux et l’ensemble de la population à se mobiliser partout dans le monde« .  

Si des caravanes de paysans et paysannes africain(e)s partiront du Mozambique, de la Tanzanie, du Zimbabwe et d’autres pays pour converger à Durban , la Via Campesina appelle également à se mobiliser pour la Journée Mondiale d’Action qui aura lieu le 3 décembre. Alors que « les négociations sur le climat ont été détournées de leur objectif pour devenir de simples négociations mercantiles« , il s’agira, en collaboration avec des centaines d’autres activistes,  de manifester pour la justice climatique.

La déclaration est téléchargeable ici ou accessible sur le site de la Via Campesina.

Nationale Tracto-vélo Notre-Dame-des-Landes – Paris

17 septembre 2011

Après le succès du rassemblement des 8, 9 et 10 juillet à Notre-Dame-des-Landes, la coordination des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne laisse pas tomber la pression mise au niveau national, notamment dans cette période pré-présidentielle.

Elle organise une montée / rassemblement sur Paris, une » Nationale Tracto-vélo Notre-Dame-des-Landes – Paris » qui aura lieu du 6 au 12 novembre 2011. Comme ce fut le cas en mars 2010 au niveau régional, une caravane itinérante composée de tracteurs et de vélos traversera les régions entre Nantes et Paris pour sensibiliser la population sur l’aberration du  projet.

Sous les mots d’ordre Souveraineté Alimentaire, Energie / Climat et Justice Sociale, les organisateurs appellent à faire barrage à ce projet d’aéroport complètement aberrant, tant du point de vue écologique que démocratique ou économique.

Le tract annonçant l’initiative est ici.

Rencontres de la relocalisation à Paris et Champigny

16 septembre 2011

L’association « Relocalisons » organise la seconde édition des « Rencontres de la relocalisation » samedi 24 et dimanche 25 septembre à Paris et Champigny-sur-Marne. Ces deux journées seront l’occasion d’écouter et de participer à des conférences-débats abordant différents aspects de la relocalisation, à des plénières et des discussions ouvertes autour des projets de l’association Relocalisons.

Voir le programme final.

Auvergne : 2ème Forum des alternatives locales !

15 septembre 2011

Après le premier Forum des Alternatives Locales (Septembre 2010 à Issoire), le collectif UCJS -Urgence Climatique Justice Sociale Auvergne organise un nouveau Forum des Alternatives Locales du Vendredi 30 Septembre au Dimanche 02 Octobre 2011, à la salle polyvalente de Ménétrol (63), près de Riom.

Du Vendredi au Dimanche : stands associatifs et expositions, rencontre et échanges entre les intervenants et le public. Entrée libre et gratuite

L’affiche est ici. Le programme là.

Banque mondiale hors des financements pour le Climat !

10 septembre 2011

A Cancun, la mise en place d’un fond vert pour le climat a été présenté comme un véritable succès. Publiquement, les pays dits « développés » avaient confirmé les 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour répondre aux besoins des pays en voie de développement et des financements à court terme et rapides de 30 milliards de dollars pour la période 2010-2012 pour des projets d’adaptation et d’atténuation. Néanmoins, dans le détail, les sources de financement du fonds vert n’avaient pas été précisées, laissant la porte ouverte à une primauté de financements privés possiblement issus des marchés carbone. Et la gestion du fonds devait être confié pour les trois prochaines années à la Banque Mondiale, institution internationale qui ne cesse d’accroître ses financements pour les projets d’extraction de pétrole.

Afin d’établir plus précisément les contours de ce Fond Vert pour le climat en prévision de la COP de Durban (28 novembre – 9 décembre), un comité de transition regroupant les représentants d’une quarantaine de pays se réunit régulièrement. Sa troisième réunion se tient du 11 au 13 septembre à Genève. A cette occasion, des associations, ONG et réseaux internationaux, s’alarmant du rôle promis au secteur et des financements privés, ont écrit aux membres de ce comité de transition afin de rappeler un certain nombre d’exigences :

Les contributions principales au fonds doivent être prévisibles, additionnelles et publiques et les fonds privés sont contraires aux buts et aux principes des financements pour le climat ;

Le fonds ne doit pas utiliser des instruments spéculatifs pour lever des capitaux sur les marchés financiers, y compris les marchés carbone : la volatilité actuelle des marchés boursiers dans le monde constitue un rappel clair que de tels outils ne sont guère une base pour une stratégie de financement stable et soutenable du fonds climat ;

Le fonds doit soutenir les programmes impulsés par les pays et son utilisation doit être déterminée par les pays en développement sur la base de processus de planification participative et souveraine.

le Comité de transition doit rompre avec le statu quo « business as usual » et s’engager sur une voie de transformation pour le développement soutenable et la résilience des communautés.

Pour que ce fonds soit en conformité avec les principes de responsabilité historique, d’équité et de justice, ce fonds doit être alimenté à la hauteur de la dette climatique accumulée par les pays du Nord, et qu’en aucun cas ce ne doit être un nouvel outil servant à enrichir les entreprises et financiers internationaux.

Pour aller plus loin :

– Télécharger ici la lettre envoyée.
– signer la lettre en ligne : http://www.worldbankoutofclimate.org/?p=601
– 1ère lettre d’interpellation du comité de transition au printemps : http://www.worldbankoutofclimate.org/?p=536