Archive for octobre 2011

Gaz et huiles de schiste : démonstration de force à Barjac

24 octobre 2011

Si trois permis ont été abrogés sur 64 existants, le gouvernement n’a pas clos le débat. Pour réclamer l’abrogation de tous les permis et une véritable transition énergétique, les collectifs citoyens, soutenus par des associations comme Attac ou les Amis de la Terre, ont appelé à une mobilisation le samedi 23 octobre, avec deux rassemblements, un dans le nord, l’autre dans le sud.

1) sur la manifestation à Barjac

2) sur les débats / conférences à La Ferté sous Jouarre :

3) à cette occasion, le collectif québécois de Saint-Hilaire a transmis une vidéo de soutien aux collectifs français :

 

Publicités

Durban risque d’enterrer Kyoto

20 octobre 2011

Du 1er au 7 octobre, s’est tenu à Panama City un dernier round de négociations avant la conférence internationale sur le climat qui aura lieu du 28 novembre au 9 décembre à Durban (Afrique du Sud). Si le sommet de Cancun avait entériné le pseudo-accord de Copenhague, Durban risque d’enterrer le protocole de Kyoto. En effet, La Russie, le Canada et le Japon, ont déjà déclaré qu’ils ne voulaient pas d’une seconde période d’engagements dans le cadre du protocole de Kyoto, pour l’après-2012. Avec l’Union Européenne et les Etats-Unis, ils exigent un dispositif s’appliquant à la Chine et aux grands pays émergents tout en refusant d’ouvrir de véritables négociations pour un accord réellement contraignant et à la hauteur des enjeux.

Le plus probable est donc que ce qui reste de contraignant, le protocole de Kyoto, soit abandonné au profit des seuls engagements volontaires. Par ailleurs, le Fonds Verts pour le Climat n’est toujours pas en place et s’il devait le devenir à Durban il laisserait a primauté aux financements privés issus des marchés, notamment du carbone, en donnant un rôle majeur à la Banque Mondiale.

Dans le même temps, les émissions mondiales de CO2 ont atteint 30,6 gigatonnes (Gt) en 2010, soit 5% de plus que le précédent record de 2008, d’après les dernières données de l’Agence internationale de l’énergie. Par habitant, si les émissions de la Chine – dont une bonne part est destinée à la production de biens exportés – s’élèvent à 5,8 tonnes, 1,5 tonnes pour l’Inde, les pays de l’OCDE en sont à 10 tonnes par habitant et par an.

A un mois du sommet de Durban, les négociateurs semblent aujourd’hui privilégier une stratégie des petits pas, attendant un hypothétique déblocage diplomatique. Pourtant, face aux enjeux considérables soulevés par les dérèglements climatiques, cette stratégie des petits pas ne fonctionne pas. Seule une mobilisation citoyenne sans précédant, alliant alternatives concrètes et collectives, exigences de mesures locales et nationales à la hauteur des enjeux et mobilisations internationales, pourra inverser le rapport de force et débloquer la situation. Sur la base des déclarations de Cochabamba ou de Lézan, les propositions alternatives pour fonder un nouvel ordre climatique mondial ne manquent pourtant pas.

D’ailleurs, au moment où se tenait les négociations à Panama City, des membres de communautés et organisations sociales paysannes, de peuples indigènes, de descendants africains, d’universitaires, d’étudiants, de femmes, venant de la région mésoaméricaine, se sont réunis et ont adopté une déclaration qui mérite d’être connue et diffusée.

REDD : une fausse solution contre la déforestation

14 octobre 2011

Dans le cadre du processus de négociations sur les dérèglements climatiques, se discute un dispositif pour « réduire les émissions dues au déboisement et à la dégradation des forêts et accroître les stocks de carbone des forêts » qui s’appelle REDD+.

Percevant les forêts comme un seul stock de carbone, ce dispositif ne reconnait pas réellement les droits des populations indigènes et constitue une nouvelle vague d’accaparement marchand de ressources naturelles, sans doute sans précédent.

La Plateforme No REDD vient donc de publier une lettre assez détaillée, signé par des organisation et personnalités du monde entier, pour dénoncer le détournement de fonds alloués par la communauté internationale vers des projets discutables, censément destinés à  (REDD+), qui sont actuellement proposés dans le cadre de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques.

Il est possible de signer cette lettre en ligne : http://noredd.makenoise.org.

Gaz et pétrole de schiste, ce n’est pas fini, mobilisation le samedi 23 Octobre !

14 octobre 2011

Si trois permis ont été abrogés sur 64 existants, les dangers soulevés par les collectifs citoyens quant à la possible exploitation de pétrole et gaz de schiste sur le territoire français, ne sont pas levés. Notamment, mais pas seulement, les 4 permis détenus par Toréador en Ile-de-France et Picardie. Raison pour laquelle, les collectifs citoyens appellent à une mobilisation le samedi 23 octobre, avec deux rassemblements, un dans le nord, l’autre dans le sud :

  • à Barjac, dans le Gard, à partir de 12h30 ; tract ici ou ci-dessous;
  • à La Ferté Sous Jouarre, en Seine-et-Marne, à partir de 15 h ; tract ici ou ci-dessous ;

Notre-Dame des Landes : Rassemblement à Paris le 12 novembre

7 octobre 2011

Après le succès du rassemblement des 8, 9 et 10 juillet à Notre-Dame-des-Landes, la coordination des opposants au projet aberrant d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes appelle à un rassemblement à Paris le 12 novembre, qui conclura une tracto-vélo de 6 jours

Télécharger le flyer à diffuser largement. Ci-dessous l’affiche.

Gaz de schiste : 3 permis abrogés, première victoire, la lutte continue !

6 octobre 2011

Ce mardi 4 Octobre, Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont annoncé (voir le communiqué officiel) l’abrogation des permis de Nant ( détenu par Schuepbach), Montélimar (Total) et Villeneuve de Berg (Schuepbach). Présageant cette annonce, la coordination nationale des collectifs citoyens contre les gaz et huiles de schiste avaient publié un communiqué annonçant que la lutte n’en était pas pour autant terminée et que « 61 permis d’exploration d’hydrocarbures liquides ou gazeux seraient encore en vigueur et concernent l’ensemble du territoire terrestre ou maritime français« .

Retrouvez ci-dessous quelques liens vers des textes ou articles :

Géo-ingénierie : Les projets fous des apprentis sorciers du climat

4 octobre 2011

Alors que le Royaume-Uni s’apprête courant octobre à injecter des particules dans l’atmosphère pour réfléchir les rayons du soleil, une cinquantaine d’organisations, dont certains françaises, demandent au gouvernement britannique et aux autorités compétentes d’intervenir pour empêcher cette expérience.

Voici leur communiqué. Voir également l’article de Bastamag.net.

Plus de 50 organisations du monde entier, engagées pour la justice environnementale, appellent à signer une lettre ouverte demandant au gouvernement britannique et aux conseils de recherche britanniques (UK Research Councils) d’abandonner l’expérience controversée SPICE, qui a pour objectif de tester le matériel visant à injecter des particules aérosols dans la stratosphère comme un moyen de refroidir la planète artificiellement. Le projet SPICE (sigle en anglais pour Injection de Particules Stratosphériques pour l’Ingénierie du Climat) implique quatre universités, trois conseils de recherche, plusieurs ministères ainsi que l’entreprise privée Marshall Aerospace.

Les organisations ayant signé la lettre envoyée au ministre de l’Environnement Chris Huhne et aux conseils de recherche britanniques espèrent qu’elle réunira suffisamment de soutien pour obtenir des autorités de reconsidérer l’autorisation donnée à cette expérience controversée. L’expérience, qui consiste à pulvériser de l’eau depuis un ballon géant et acheminée par un tuyau d’un kilomètre de long, doit avoir lieu sur une piste d’atterrissage militaire désaffectée à Norfolk (Sculthorpe), au Royaume-Uni entre le 6 et le 23 Octobre. Les organisations qui s’opposent à ce projet affirment qu’une telle expérience enverrait un mauvais signal à la communauté internationale, qui a adopté en octobre dernier un moratoire sur les activités de géo-ingénierie [1] lors de la Convention sur la diversité biologique (CDB) à Nagoya, au Japon.

« D’un côté, notre gouvernement est impliqué dans les négociations sur la géo-ingénierie et la biodiversité par le financement, la présidence et une participation active aux discussions de la CDB. De l’autre, il prépare le matériel pour le déploiement d’une technologie de géo-ingénierie potentiellement très dangereuse. Ces tests ne devrait certainement pas être autorisés avant qu’il n’y ait une décision internationale à ce sujet », explique Hélène Paul de Econexus, une des ONG impliquées dans les négociations de la CDB et dans la lettre ouverte.

Selon Diana Bronson de l’ETC Group, organisation internationale engagée dans le suivi du développement des nouvelles technologies : « C’est un cheval de Troie. Notre objection n’est pas dans le fait qu’ils veulent pulvériser de l’eau, mais qu’ils préparent la technologie qui peut disperser des sulfates dans la stratosphère pour tenter de bloquer la lumière du soleil arrivant sur Terre. La « gestion du rayonnement solaire » (Solar Radiation Management en anglais), selon le terme désignant ce genre de techniques, pourrait avoir des conséquences dévastatrices : la modification des régimes de précipitations, menaçant l’approvisionnement alimentaire et la santé publique ; la destruction de la couche d’ozone et la diminution de l’efficacité de l’énergie solaire, ainsi que de nombreux autres impacts connus et inconnus ».

Les initiateurs de cet appel invitent toutes les organisations et personnes opposées à la réalisation de projets de géo-ingénierie en l’absence d’accord international à soutenir la lettre demandant le rejet du projet SPICE : www.handsoffmotherearth.org

La liste des premiers signataires est à consulter .

Le scénario négaWatt nouveau est arrivé !

1 octobre 2011

Baisser les émissions de CO2, créer plusieurs centaines de milliers d’emplois, sortir du nucléaire en deux décennies, alléger la facture énergétique de l’État et des ménages, tel est le programme que propose  négaWatt dans son « scénario 2011 », qui vient d’être rendu public.

Voici quelques références :