Archive for the ‘Monde’ Category

Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau

29 mars 2012

Suez, Veolia et la Banque mondiale avaient rendez-vous  à Marseille pour un Forum mondial de l’eau. Leur objectif : tirer davantage profit de la crise mondiale de l’eau et des privatisations engagées depuis des décennies. Une dynamique qui commence à prendre l’eau, grâce à l’action de ceux qui se battent pour la reconquête de ce bien commun de l’humanité.

Face à ce forum officiel non légitime, le Forum Alternatif Mondial de l’Eau s’est tenu à Marseille du 14 au 17 mars 2012. Objectifs :

  • Proposer des solutions alternatives afin de donner de l’eau à ceux qui en ont besoin et non en vendre plus à ceux qui peuvent la payer cher,
  • Promouvoir la reconnaissance de l’eau comme bien commun du vivant,
  • Rendre effectif l’accès à l’eau potable comme un droit humain fondamental,
  • Défendre le service public et citoyen de l’eau,
  • Contester la légitimité du Forum des marchands d’eau

Voici une série d’articles et de liens en guise de bilan : 

Publicités

La COP17 succombe dans l’apartheid climatique

11 décembre 2011

Voici le communiqué du réseau international Climate Justice Now dans lequel sont impliqués, entre autres, Attac, Aitec, Les Amis de la Terre, La Via Campesina, Jubilee South, etc…

Il est également accessible ici en .pdf.

La COP17 succombe dans l’apartheid climatique

L’antidote est l’Accord des Peuples de Cochabamba. 

Durban, Afrique du Sud – Les décisions issues du sommet des Nations-Unies sur le climat à Durban – COP17 – constituent un crime contre l’humanité, selon Climate Justice Now ! coalition de mouvements sociaux et de la société civile. Ici en Afrique du Sud, qui a inspiré le monde entier par les luttes de libération menée par la majorité noire du pays, les nations les plus riches ont créé avec cynisme un nouveau régime d’apartheid climatique.

« Retarder toute action réelle après 2020 est un crime aux proportions mondiales », selon Nnimmo Bassey, président des Amis de la Terre International. « Une augmentation de 4°C de la température mondiale, permise par ce plan, est une condamnation à mort pour l’Afrique, les petits États insulaires, et les pauvres et les personnes vulnérables de l’ensemble de la planète. Ce sommet a amplifié l’apartheid climatique, les 1 % les plus riches de la planète ayant décidé qu’il était acceptable d’en sacrifier les 99 % ».

Selon Pablo Solon, ancien négociateur en chef de l’Etat plurinational de Bolivie, « il est faux d’affirmer qu’une deuxième période d’engagements du protocole de Kyoto a été adoptée à Durban. La décision actuelle a seulement été reportée à la prochaine COP, sans engagement de réduction d’émissions de la part des pays riches. Cela signifie que le protocole de Kyoto restera en vie jusqu’à ce qu’il soit remplacé par un nouvel accord encore plus faible ».

Les pollueurs de la planète ont bloqué toute réelle action et ont une fois de plus choisi de renflouer les banques et les investisseurs en décidant d’étendre les marchés du carbone pourtant en train de s’effondrer, ce qui comme toutes les activités des marchés financiers de nos jours permettent surtout d’enrichir quelques privilégiés.

« Ce que certains considèrent comme de l’inaction est en fait une démonstration de l’échec, palpable, de notre système économique actuel pour répondre aux crises économiques, sociales et environnementales » selon Janet Redman, de l’Institute for Policy Studies, basé à Washington. « Les banques qui ont provoqué la crise financière sont en train de faire d’importants profits en spéculant sur le futur de notre planète. Le secteur financier, acculé, cherche un moyen de s’en sortir à nouveau en développant de nouveaux produits pour soutenir un système défaillant ».

Bien que l’on parle d’une « feuille de route » proposée par l’Union Européenne, l’échec de Durban montre que c’est un cul-de-sac, une route pour nulle part. Les porte-paroles de Climate Justice Now ! appellent la communauté internationale à se rappeler qu’un véritable plan pour le climat, basé sur les besoins planétaires identifiés par les scientifiques et issu du mandat de mouvements populaires, a vu le jour lors du Sommet des Peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre-Mère en Bolivie en 2010. L’accord des peuples de Cochabamba, porté devant les Nations-Unies, a été supprimé des textes de négociations, alors qu’il proposait un moyen juste et efficace pour avancer, ce qui est terriblement nécessaire.


Durban, nouvelle conférence internationale sur le climat, presqu’en direct….

29 novembre 2011

Après Copenhague et Cancun, Durban (Afrique du Sud) accueille une nouvelle conférence de l’ONU sur le climat (28 nov – 9 déc). Pour suivre au plus près ce qu’il s’y passe, aussi bien à l’intérieur des négociations que du côté du mouvement pour la justice climatique, voici une sélection de liens :

Après Durban :

Pendant Durban :


Analyses sur les enjeux de Durban 

Communiqués des organisations avant Durban :

Vidéos et Emissions de radio

Sites Internet



Durban risque d’enterrer Kyoto

20 octobre 2011

Du 1er au 7 octobre, s’est tenu à Panama City un dernier round de négociations avant la conférence internationale sur le climat qui aura lieu du 28 novembre au 9 décembre à Durban (Afrique du Sud). Si le sommet de Cancun avait entériné le pseudo-accord de Copenhague, Durban risque d’enterrer le protocole de Kyoto. En effet, La Russie, le Canada et le Japon, ont déjà déclaré qu’ils ne voulaient pas d’une seconde période d’engagements dans le cadre du protocole de Kyoto, pour l’après-2012. Avec l’Union Européenne et les Etats-Unis, ils exigent un dispositif s’appliquant à la Chine et aux grands pays émergents tout en refusant d’ouvrir de véritables négociations pour un accord réellement contraignant et à la hauteur des enjeux.

Le plus probable est donc que ce qui reste de contraignant, le protocole de Kyoto, soit abandonné au profit des seuls engagements volontaires. Par ailleurs, le Fonds Verts pour le Climat n’est toujours pas en place et s’il devait le devenir à Durban il laisserait a primauté aux financements privés issus des marchés, notamment du carbone, en donnant un rôle majeur à la Banque Mondiale.

Dans le même temps, les émissions mondiales de CO2 ont atteint 30,6 gigatonnes (Gt) en 2010, soit 5% de plus que le précédent record de 2008, d’après les dernières données de l’Agence internationale de l’énergie. Par habitant, si les émissions de la Chine – dont une bonne part est destinée à la production de biens exportés – s’élèvent à 5,8 tonnes, 1,5 tonnes pour l’Inde, les pays de l’OCDE en sont à 10 tonnes par habitant et par an.

A un mois du sommet de Durban, les négociateurs semblent aujourd’hui privilégier une stratégie des petits pas, attendant un hypothétique déblocage diplomatique. Pourtant, face aux enjeux considérables soulevés par les dérèglements climatiques, cette stratégie des petits pas ne fonctionne pas. Seule une mobilisation citoyenne sans précédant, alliant alternatives concrètes et collectives, exigences de mesures locales et nationales à la hauteur des enjeux et mobilisations internationales, pourra inverser le rapport de force et débloquer la situation. Sur la base des déclarations de Cochabamba ou de Lézan, les propositions alternatives pour fonder un nouvel ordre climatique mondial ne manquent pourtant pas.

D’ailleurs, au moment où se tenait les négociations à Panama City, des membres de communautés et organisations sociales paysannes, de peuples indigènes, de descendants africains, d’universitaires, d’étudiants, de femmes, venant de la région mésoaméricaine, se sont réunis et ont adopté une déclaration qui mérite d’être connue et diffusée.

REDD : une fausse solution contre la déforestation

14 octobre 2011

Dans le cadre du processus de négociations sur les dérèglements climatiques, se discute un dispositif pour « réduire les émissions dues au déboisement et à la dégradation des forêts et accroître les stocks de carbone des forêts » qui s’appelle REDD+.

Percevant les forêts comme un seul stock de carbone, ce dispositif ne reconnait pas réellement les droits des populations indigènes et constitue une nouvelle vague d’accaparement marchand de ressources naturelles, sans doute sans précédent.

La Plateforme No REDD vient donc de publier une lettre assez détaillée, signé par des organisation et personnalités du monde entier, pour dénoncer le détournement de fonds alloués par la communauté internationale vers des projets discutables, censément destinés à  (REDD+), qui sont actuellement proposés dans le cadre de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques.

Il est possible de signer cette lettre en ligne : http://noredd.makenoise.org.

Etats-Unis : 1252 manifestants contre les sables bitumineux arrêtés

26 septembre 2011

Du 20 août au 3 septembre, des milliers de personnes ont participé à des sit-in quotidiens devant la Maison-Blanche pour l’une des plus importantes campagnes de désobéissance civile jamais planifiées aux États-Unis pour une cause écologique. Interdits, ces rassemblements ont abouti à l’arrestation de 1 252 personnes. Des dizaines d’autres actions ont été organisées aux États-Unis et au Canada, à l’initiative de Tar Sands Action, afin de s’opposer à la construction d’un pipeline, Keystone XL, acheminant le pétrole produit à partir de sables bitumineux de l’Alberta vers des raffineries du Texas.

Long de 2 735 kilomètres, ce pipeline doit traverser du nord au sud les États du Montana, du Dakota-du-Sud, du Nebraska, du Kansas et de l’Oklahoma. Coûtant 7 milliards de dollars et porté par la major de l’énergie nord-américaine TransCanada, il pourrait acheminer 700 000 à 800 000 barils de pétrole non raffiné par jour. Au delà des importants risques de fuites, c’est l’idée même d’extraire du pétrole des sables bitumineux et de l’exporter partout sur la planète, et notamment en Europe, qui a suscité cette très importante mobilisation.

Etait notamment ciblés la Maison-Blanche et Barack Obama car ce projet de pipeline, aujourd’hui considéré « d’intérêt national », doit obtenir une autorisation présidentielle d’ici la fin de l’année. Rappeler comme l’ont fait neuf prix Nobel, la promesse d’Obama « de créer une économie faite d’énergie propre » et ainsi peser pour obtenir l’abandon de ce pipeline est soutenu par des canadiens comme Naomi Klein qui, convaincus qu’il n’y a rien à attendre de leur gouvernement conservateur nouvellement et triomphalement réélu, soutient une « stratégie pour étrangler les sables bitumineux de l’extérieur ». Une stratégie à développer en Europe pour stopper la production de ce pétrole sale ?

Pour aller plus loin :

Durban : appel de la Via Campesina

19 septembre 2011

A un peu moins de trois mois de la 17ème Conférence des Parties (COP 17) de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (UNFCCC) qui se tiendra à Durban en Afrique du Sud, du 28 novembre au 9 décembre 2011, la Via Campesina appelle « les mouvements sociaux et l’ensemble de la population à se mobiliser partout dans le monde« .  

Si des caravanes de paysans et paysannes africain(e)s partiront du Mozambique, de la Tanzanie, du Zimbabwe et d’autres pays pour converger à Durban , la Via Campesina appelle également à se mobiliser pour la Journée Mondiale d’Action qui aura lieu le 3 décembre. Alors que « les négociations sur le climat ont été détournées de leur objectif pour devenir de simples négociations mercantiles« , il s’agira, en collaboration avec des centaines d’autres activistes,  de manifester pour la justice climatique.

La déclaration est téléchargeable ici ou accessible sur le site de la Via Campesina.

Banque mondiale hors des financements pour le Climat !

10 septembre 2011

A Cancun, la mise en place d’un fond vert pour le climat a été présenté comme un véritable succès. Publiquement, les pays dits « développés » avaient confirmé les 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour répondre aux besoins des pays en voie de développement et des financements à court terme et rapides de 30 milliards de dollars pour la période 2010-2012 pour des projets d’adaptation et d’atténuation. Néanmoins, dans le détail, les sources de financement du fonds vert n’avaient pas été précisées, laissant la porte ouverte à une primauté de financements privés possiblement issus des marchés carbone. Et la gestion du fonds devait être confié pour les trois prochaines années à la Banque Mondiale, institution internationale qui ne cesse d’accroître ses financements pour les projets d’extraction de pétrole.

Afin d’établir plus précisément les contours de ce Fond Vert pour le climat en prévision de la COP de Durban (28 novembre – 9 décembre), un comité de transition regroupant les représentants d’une quarantaine de pays se réunit régulièrement. Sa troisième réunion se tient du 11 au 13 septembre à Genève. A cette occasion, des associations, ONG et réseaux internationaux, s’alarmant du rôle promis au secteur et des financements privés, ont écrit aux membres de ce comité de transition afin de rappeler un certain nombre d’exigences :

Les contributions principales au fonds doivent être prévisibles, additionnelles et publiques et les fonds privés sont contraires aux buts et aux principes des financements pour le climat ;

Le fonds ne doit pas utiliser des instruments spéculatifs pour lever des capitaux sur les marchés financiers, y compris les marchés carbone : la volatilité actuelle des marchés boursiers dans le monde constitue un rappel clair que de tels outils ne sont guère une base pour une stratégie de financement stable et soutenable du fonds climat ;

Le fonds doit soutenir les programmes impulsés par les pays et son utilisation doit être déterminée par les pays en développement sur la base de processus de planification participative et souveraine.

le Comité de transition doit rompre avec le statu quo « business as usual » et s’engager sur une voie de transformation pour le développement soutenable et la résilience des communautés.

Pour que ce fonds soit en conformité avec les principes de responsabilité historique, d’équité et de justice, ce fonds doit être alimenté à la hauteur de la dette climatique accumulée par les pays du Nord, et qu’en aucun cas ce ne doit être un nouvel outil servant à enrichir les entreprises et financiers internationaux.

Pour aller plus loin :

– Télécharger ici la lettre envoyée.
– signer la lettre en ligne : http://www.worldbankoutofclimate.org/?p=601
– 1ère lettre d’interpellation du comité de transition au printemps : http://www.worldbankoutofclimate.org/?p=536

Gaz de schiste : des États-Unis à l’Afrique du Sud, la contestation prend de l’ampleur

3 mai 2011

Les actions contre l’exploitation du gaz de schiste se multiplient dans le monde, pour obtenir des moratoires ou de nouvelles régulations. Alors que la Pologne, nouvel eldorado énergétique, est l’objet de toutes les convoitises, l’Afrique du Sud, la Suisse, la Suède ou l’État de New York ont décidé de mettre un frein à l’exploitation des gaz de schiste. Pourquoi ne pas obtenir un moratoire international ?

Revue de presse sur la situation internationale :

Cochabamba +1 contre les sables bitumineux et les gaz de schiste.

23 avril 2011

Il y a tout juste un an, Evo Morales et le gouvernement bolivien conviaient une Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre-Mère à Cochabamba. Quelques mois après les résultats affligeants du sommet de Copenhague, 35 000 personnes venues de plus de 140 pays de la planète ont contribué à la rédaction d’un « accord des peuples » préconisant de véritables solutions alternatives face aux défis climatiques et environnementaux. Malgré les multiples initiatives des réseaux Climate Justice Now et la détermination de la Bolivie pour faire adopter ces mesures dans le cadre des négociations officielles, le dernier sommet de Cancun n’a fait qu’entériner les pseudo-décisions prises par quelques pays à Copenhague. Qui plus est, certains pays, comme le Japon ou le Canada ont voulu enterrer le protocole de Kyoto, seul instrument légalement et actuellement contraignant.

Heureuse initiative donc que celle prise par d’Alternatives Québec et de Canadian Dimension consistant à organiser les 15, 16 et 17 avril 2011 à Montréal une rencontre « Cochabamba +1 pour la justice climatique et les alternatives écologiques », tout juste un an après. « Véritable hors la loi écologique », selon les mots de Maude Barlow, le Canada, pourtant signataire du protocole de Kyoto, ne respecte aucun de ses engagements. Il s’est par ailleurs lancé dans une course folle à l’extraction des ressources naturelles fossiles, sables bitumineux et gaz de schiste en tête, quel qu’en soit le prix.

Permettant de confronter des mouvements et intellectuels francophones et anglophones, mobilisations contre les gaz de schistes ou les sables bitumineux, ce week-end aura permis de travailler à la convergence des luttes sociales et environnementales dans la perspective d’un mouvement pour la justice climatique en mesure de déconstruire un imaginaire extractiviste profondément ancré dans nos sociétés.

Pour lire un compte-rendu plus complet, cliquez ici.