Posts Tagged ‘alternative’

La COP17 succombe dans l’apartheid climatique

11 décembre 2011

Voici le communiqué du réseau international Climate Justice Now dans lequel sont impliqués, entre autres, Attac, Aitec, Les Amis de la Terre, La Via Campesina, Jubilee South, etc…

Il est également accessible ici en .pdf.

La COP17 succombe dans l’apartheid climatique

L’antidote est l’Accord des Peuples de Cochabamba. 

Durban, Afrique du Sud – Les décisions issues du sommet des Nations-Unies sur le climat à Durban – COP17 – constituent un crime contre l’humanité, selon Climate Justice Now ! coalition de mouvements sociaux et de la société civile. Ici en Afrique du Sud, qui a inspiré le monde entier par les luttes de libération menée par la majorité noire du pays, les nations les plus riches ont créé avec cynisme un nouveau régime d’apartheid climatique.

« Retarder toute action réelle après 2020 est un crime aux proportions mondiales », selon Nnimmo Bassey, président des Amis de la Terre International. « Une augmentation de 4°C de la température mondiale, permise par ce plan, est une condamnation à mort pour l’Afrique, les petits États insulaires, et les pauvres et les personnes vulnérables de l’ensemble de la planète. Ce sommet a amplifié l’apartheid climatique, les 1 % les plus riches de la planète ayant décidé qu’il était acceptable d’en sacrifier les 99 % ».

Selon Pablo Solon, ancien négociateur en chef de l’Etat plurinational de Bolivie, « il est faux d’affirmer qu’une deuxième période d’engagements du protocole de Kyoto a été adoptée à Durban. La décision actuelle a seulement été reportée à la prochaine COP, sans engagement de réduction d’émissions de la part des pays riches. Cela signifie que le protocole de Kyoto restera en vie jusqu’à ce qu’il soit remplacé par un nouvel accord encore plus faible ».

Les pollueurs de la planète ont bloqué toute réelle action et ont une fois de plus choisi de renflouer les banques et les investisseurs en décidant d’étendre les marchés du carbone pourtant en train de s’effondrer, ce qui comme toutes les activités des marchés financiers de nos jours permettent surtout d’enrichir quelques privilégiés.

« Ce que certains considèrent comme de l’inaction est en fait une démonstration de l’échec, palpable, de notre système économique actuel pour répondre aux crises économiques, sociales et environnementales » selon Janet Redman, de l’Institute for Policy Studies, basé à Washington. « Les banques qui ont provoqué la crise financière sont en train de faire d’importants profits en spéculant sur le futur de notre planète. Le secteur financier, acculé, cherche un moyen de s’en sortir à nouveau en développant de nouveaux produits pour soutenir un système défaillant ».

Bien que l’on parle d’une « feuille de route » proposée par l’Union Européenne, l’échec de Durban montre que c’est un cul-de-sac, une route pour nulle part. Les porte-paroles de Climate Justice Now ! appellent la communauté internationale à se rappeler qu’un véritable plan pour le climat, basé sur les besoins planétaires identifiés par les scientifiques et issu du mandat de mouvements populaires, a vu le jour lors du Sommet des Peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre-Mère en Bolivie en 2010. L’accord des peuples de Cochabamba, porté devant les Nations-Unies, a été supprimé des textes de négociations, alors qu’il proposait un moyen juste et efficace pour avancer, ce qui est terriblement nécessaire.


Publicités

Des Plans Climat Energie Citoyens pour construire l’alternative, maintenant !

25 mai 2010

Comme nous l’indiquions ici, les expériences de rédaction de Plans Climat Energie Citoyens se multiplient : après le travail de Virage Energie Nord-pas-de-Calais, c’est au tour de Virage Energie-Climat Pays de la Loire et de Virage- énergie Île-de-France de s’être lancé. Participant au renforcement de l’expertise citoyenne et militante, ces initiatives donnent des armes aux mobilisations locales pour une transformation profonde des modes de production, de consommation, de transports et d’habitat.

L’objectif est généralement de travailler sur des scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre au minimum conformes aux préconisations du GIEC (- 40 % en 2020 et au moins 85 % en 2050) tout en assurant un approvisionnement énergétique durable à la région, en diminuant les consommations et en développant les énergies renouvelables avec l’objectif de se passer du nucléaire. Ce travail s’appuie sur celui déjà réalisé autour du scénario négaWatt

Ces études ne se limitent pas aux enjeux environnementaux et énergétiques car elles  prennent en compte les conséquences sociales et économiques d’un choix de scénario plutôt qu’un autre. Elles sont réalisées selon une démarche participative, dans le dialogue avec les acteurs et les forces vives du territoire, tout en étant conçu en lien avec des professionnels des questions énergétiques et climatiques.

Si l’association Virage-énergie Nord-Pas de Calais a publié en janvier 2008 un scénario régional (voir ici) de division par quatre des émissions de CO2 et de non-remplacement des réacteurs nucléaires de Gravelines, les scénarios Pays de la Loire et Ile-de-France sont attendus pour 2011.

Concernant l’Ile-de-France, un premier débat lancera la démarche le vendredi 28 mai 2010 de 20h à 23h30 (Salle AGECA – 177 rue de Charonne 15011 Paris – M°: Alexandre Dumas). Invitation ici et tract de présentation de l’association ici.