Posts Tagged ‘CO2’

Aéroport Notre-Dame des Landes : la lutte continue !

19 février 2012

Le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes, véritable ineptie écologique et économique, est devenu un enjeu national en juillet dernier, lors d’un rassemblement de plusieurs milliers de personnes. La tracto-vélo organisée du 6 au 12 novembre 2011 a permis de faire remonter la pression au niveau national, et d’inscrire cette bataille dans l’agenda électoral.

Rendez-vous est déjà pris le samedi 24 mars pour une manifestation à Nantes, pour l’arrêt immédiat du projet. Voir l’affiche et plus d’informations ici : http://24marsnantes.noblogs.org

Par ailleurs, réservez vos dates : un grand forum européen des projets inutiles est déjà prévu du 4 au 8 juillet à Notre-Dame des Landes.

Publicités

Durban risque d’enterrer Kyoto

20 octobre 2011

Du 1er au 7 octobre, s’est tenu à Panama City un dernier round de négociations avant la conférence internationale sur le climat qui aura lieu du 28 novembre au 9 décembre à Durban (Afrique du Sud). Si le sommet de Cancun avait entériné le pseudo-accord de Copenhague, Durban risque d’enterrer le protocole de Kyoto. En effet, La Russie, le Canada et le Japon, ont déjà déclaré qu’ils ne voulaient pas d’une seconde période d’engagements dans le cadre du protocole de Kyoto, pour l’après-2012. Avec l’Union Européenne et les Etats-Unis, ils exigent un dispositif s’appliquant à la Chine et aux grands pays émergents tout en refusant d’ouvrir de véritables négociations pour un accord réellement contraignant et à la hauteur des enjeux.

Le plus probable est donc que ce qui reste de contraignant, le protocole de Kyoto, soit abandonné au profit des seuls engagements volontaires. Par ailleurs, le Fonds Verts pour le Climat n’est toujours pas en place et s’il devait le devenir à Durban il laisserait a primauté aux financements privés issus des marchés, notamment du carbone, en donnant un rôle majeur à la Banque Mondiale.

Dans le même temps, les émissions mondiales de CO2 ont atteint 30,6 gigatonnes (Gt) en 2010, soit 5% de plus que le précédent record de 2008, d’après les dernières données de l’Agence internationale de l’énergie. Par habitant, si les émissions de la Chine – dont une bonne part est destinée à la production de biens exportés – s’élèvent à 5,8 tonnes, 1,5 tonnes pour l’Inde, les pays de l’OCDE en sont à 10 tonnes par habitant et par an.

A un mois du sommet de Durban, les négociateurs semblent aujourd’hui privilégier une stratégie des petits pas, attendant un hypothétique déblocage diplomatique. Pourtant, face aux enjeux considérables soulevés par les dérèglements climatiques, cette stratégie des petits pas ne fonctionne pas. Seule une mobilisation citoyenne sans précédant, alliant alternatives concrètes et collectives, exigences de mesures locales et nationales à la hauteur des enjeux et mobilisations internationales, pourra inverser le rapport de force et débloquer la situation. Sur la base des déclarations de Cochabamba ou de Lézan, les propositions alternatives pour fonder un nouvel ordre climatique mondial ne manquent pourtant pas.

D’ailleurs, au moment où se tenait les négociations à Panama City, des membres de communautés et organisations sociales paysannes, de peuples indigènes, de descendants africains, d’universitaires, d’étudiants, de femmes, venant de la région mésoaméricaine, se sont réunis et ont adopté une déclaration qui mérite d’être connue et diffusée.

Le scénario négaWatt nouveau est arrivé !

1 octobre 2011

Baisser les émissions de CO2, créer plusieurs centaines de milliers d’emplois, sortir du nucléaire en deux décennies, alléger la facture énergétique de l’État et des ménages, tel est le programme que propose  négaWatt dans son « scénario 2011 », qui vient d’être rendu public.

Voici quelques références :

Non au stockage du CO2 à Jurançon !

19 août 2011

Avec des financements publics, notamment de l’ADEME, Total expérimente le captage et stockage de 120 000 tonnes carbone (CSC) dans le Béarn, entre Lacq et Jurançon, en zone sismique et au coeur du vignoble. Le Béarn est en train d’être transformé en poubelle de Co2. Présentée comme solution aux dérèglements climatiques, l’enfouissement du CO2 revient à essayer de cacher (pour combien de temps ?) des émissions bien réelles. Ce n’est pas une technique permettant de réduire les émissions. Technique non maîtrisée, personne ne sait dire aujourd’hui ce que va devenir ce gaz enfoui.

Le collectif Climat de Pau (le COCLIPAU) vient de publier une lettre que tout un-e chacun-e peut envoyer au président du Parlement Européen pour demander l’arrêt immédiat des travaux, en rappelant que les trois autres projets expérimentaux menés aux Etats-Unis, Allemagne et Pays-Bas ont été stoppés. Projet expérimental qui verra le désengagement de Total une fois l’enfouissement réalisé, à compter de 2013.

Pour télécharger la lettre, cliquez ici.

Pour aller plus loin :
– article de Bastamag : Après les gaz de schiste, Total expérimente l’enfouissement industriel de CO2…
– site d’information : http://co2.jurancon.blog.free.fr/
– le site du collectif Coclipau : http://coclipau.free.fr

L’aéroport de Notre-Dame des Landes devient enjeu national

11 juillet 2011

Notre Dame des Landes, un choix climatique, un choix de société : Résistance au projet de nouvel aéroport ! C’est sous cette bannière que les 8, 9 et 10 juillet, des milliers de jeunes et moins jeunes, riverain-e-s ou venu-e-s de plus loin, activistes ou simple-s citoyen-ne-s, se sont réunis sur quelques-uns des champs de bocage convoités par Vinci pour construire un aéroport qui n’a aucun sens.

« Vinci dégage », exprimait l’immense fresque humaine de ce dimanche matin. Sans appel. « Nous ne lâcherons rien », repris en cœur suite à un concert de HK et les Saltimbanks, témoigne de la détermination et la force collective qui ressort de ce rassemblement diablement bien organisé et bien mené.

Fresque humaine "Vinci dégage" !© André Bocquel

Ayant obtenu une concession de 55 ans et des financements publics importants pour la construction et l’entretien de ce futur aéroport, Vinci fait du greenwashing. Les promesse de « développement durable » ou de « haute qualité environnementale » ne masquent pas les aberrations écologiques, sociales et économiques d’un tel projet. Plus de 2000 ha de terrains agricoles sacrifiés au moment où il faudrait rapprocher les zones de production maraichère des grands centres urbains. Parier sur la croissance du transport aérien alors que la France et l’Europe devraient diminuer leurs émissions de GES de 40 % d’ici 2020 et 95 % d’ici 2050 pourrait être risible si des centaines de millions de personnes de par le monde ne supportaient pas déjà les conséquences des dérèglements climatiques. Au détriment de leur vie.

Face au pillage des ressources naturelles de la planète pour satisfaire des modes de vie insoutenables, il est proposé un partage égalitaire dans l’espace, avec les populations les plus démunies, et dans le temps, avec les générations futures, des matières premières, notamment non-renouvelables, auxquelles il est possible d’accéder. Le tout en préservant les écosystèmes.

Comme cela a été dit tout au long du week-end de mobilisations contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes, « obtenir l’abandon de ce projet c’est ouvrir la voie à d’autres victoires et s’engager vers d’autres modes de production, de consommation, de transport« . Projet du siècle passé, rejeté pendant 40 ans par des riverains et citoyen-ne-s de tout horizon, l’aéroport de Notre-Dame des Landes est devenu, en l’espace d’un week-end, un conflit politique national que nul ne pourra plus ignorer.

——-

Pour aller plus loin :