Posts Tagged ‘Etats-Unis’

Durban, nouvelle conférence internationale sur le climat, presqu’en direct….

29 novembre 2011

Après Copenhague et Cancun, Durban (Afrique du Sud) accueille une nouvelle conférence de l’ONU sur le climat (28 nov – 9 déc). Pour suivre au plus près ce qu’il s’y passe, aussi bien à l’intérieur des négociations que du côté du mouvement pour la justice climatique, voici une sélection de liens :

Après Durban :

Pendant Durban :


Analyses sur les enjeux de Durban 

Communiqués des organisations avant Durban :

Vidéos et Emissions de radio

Sites Internet



Etats-Unis : 1252 manifestants contre les sables bitumineux arrêtés

26 septembre 2011

Du 20 août au 3 septembre, des milliers de personnes ont participé à des sit-in quotidiens devant la Maison-Blanche pour l’une des plus importantes campagnes de désobéissance civile jamais planifiées aux États-Unis pour une cause écologique. Interdits, ces rassemblements ont abouti à l’arrestation de 1 252 personnes. Des dizaines d’autres actions ont été organisées aux États-Unis et au Canada, à l’initiative de Tar Sands Action, afin de s’opposer à la construction d’un pipeline, Keystone XL, acheminant le pétrole produit à partir de sables bitumineux de l’Alberta vers des raffineries du Texas.

Long de 2 735 kilomètres, ce pipeline doit traverser du nord au sud les États du Montana, du Dakota-du-Sud, du Nebraska, du Kansas et de l’Oklahoma. Coûtant 7 milliards de dollars et porté par la major de l’énergie nord-américaine TransCanada, il pourrait acheminer 700 000 à 800 000 barils de pétrole non raffiné par jour. Au delà des importants risques de fuites, c’est l’idée même d’extraire du pétrole des sables bitumineux et de l’exporter partout sur la planète, et notamment en Europe, qui a suscité cette très importante mobilisation.

Etait notamment ciblés la Maison-Blanche et Barack Obama car ce projet de pipeline, aujourd’hui considéré « d’intérêt national », doit obtenir une autorisation présidentielle d’ici la fin de l’année. Rappeler comme l’ont fait neuf prix Nobel, la promesse d’Obama « de créer une économie faite d’énergie propre » et ainsi peser pour obtenir l’abandon de ce pipeline est soutenu par des canadiens comme Naomi Klein qui, convaincus qu’il n’y a rien à attendre de leur gouvernement conservateur nouvellement et triomphalement réélu, soutient une « stratégie pour étrangler les sables bitumineux de l’extérieur ». Une stratégie à développer en Europe pour stopper la production de ce pétrole sale ?

Pour aller plus loin :

Gaz de schiste : des États-Unis à l’Afrique du Sud, la contestation prend de l’ampleur

3 mai 2011

Les actions contre l’exploitation du gaz de schiste se multiplient dans le monde, pour obtenir des moratoires ou de nouvelles régulations. Alors que la Pologne, nouvel eldorado énergétique, est l’objet de toutes les convoitises, l’Afrique du Sud, la Suisse, la Suède ou l’État de New York ont décidé de mettre un frein à l’exploitation des gaz de schiste. Pourquoi ne pas obtenir un moratoire international ?

Revue de presse sur la situation internationale :

Cancun entérine Copenhague

7 décembre 2010

Compte-tenu de l’urgence climatique – les émissions de gaz à effets de serre ont vraisemblablement augmenté de 3 % en 2010 – il n’y a qu’une seule façon d’évaluer un accord : permet-il de réduire drastiquement les émissions de GES ? A la lecture des deux textes issus des négociations de Cancun,  la COP-16 n’aura pas été à la hauteur des enjeux, alors que les espérances n’étaient déjà pas très élevées. Les engagements actuels, selon les prévisions des scientifiques, pourraient conduire à une augmentation de la température de plus de 4°C. Soit un véritable désastre pour de nombreux pays fortement vulnérables aux dérèglements climatiques (îles, zones côtières, régions avec peu de ressources hydriques, etc…).

Bienvenue à Cancun (© shtig)

A cette absence d’engagements suffisants, s’ajoute la remise en cause du seul instrument légalement contraignant actuel, le protocole de Kyoto. Le nouveau texte offre en effet de nombreux échappatoires aux pays désirant se dégager de leurs responsabilités. Présentées comme de véritables succès, les mises en place d’un fond vert pour le climat et d’un dispositif pour lutter contre la déforestation sont loin d’être satisfaisants. Par exemple, les sources de financement du fonds vert ne sont pas précisées, laissant la porte ouverte à une primauté de financements privés possiblement issus des marchés carbone. Ce fonds sera par ailleurs confié pour les trois prochaines années à la Banque Mondiale qui ne cesse d’accroître ses financements pour les projets d’extraction de pétrole. Le dispositif REDD+ (Réduction des Emissions liées à la Déforestation et la Dégradation des forêts) quant à lui ne reconnaît pas les droits des populations locales et en l’état sera surtout une opportunité pour des multinationales ou des Etats de financer des projets « verts » à moindre coût sans rien changer de leurs émissions.

Au final, les Etats-Unis et la Chine sont les grands gagnants de cet accord, leurs exigences ayant toutes été respectées. Les Etats-Unis ne s’engagent sur rien de contraignant. La Chine ne verra aucun contrôle international sur ses politiques nationales. Une fois de plus, les réalités géopolitiques et économiques ont largement déterminé le résultat de ces négociations. Preuve en est qu’on ne sauvera pas le climat sans changer le système.

Ci-dessous un recueil de textes et de communiqués.

————–

Sur les négociations :

Sur les mobilisations :

Vidéos sur les mobilisations :

L’assemblée des peuples

La marche à Mexico du 30 novembre

Les caravanes