Posts Tagged ‘permis’

Gaz et huiles de schiste : la mobilisation continue

22 février 2012

La mobilisation contre les gaz et huiles de schiste ne s’est pas terminée avec la loi d’interdiction de la fracturation hydraulique et l’annulation de 3 permis sur les 64 existants et de nombreux autres à l’étude (voir ici, ici et ici).

Aujourd’hui, ce sont l’ensemble de ces permis qui sont remis en cause : imposés sans aucun débat démocratique ni consultation des populations et élus locaux, et malgré les exigences de transition énergétique qui imposent de stopper cette fuite en avant frénétique, ces permis concernent aussi bien du gaz et pétrole de schiste, de houille, conventionnel, ou de l’off-shore profond (large de Marseille et de Guyane).

Voici trois des nombreux rendez-vous à venir (document à télécharger ici également) :

Dimanche 26 février – Un an de mobilisation citoyenne !

Place des Combettes – Villeneuve de Berg (Ardèche)
À l’initiative du Collectif Villeneuve de Berg et du Collectif 07, un an après la manifestation ayant réuni plus de 15000 personnes à Villeneuve de Berg, une journée chaleureuse et conviviale de rassemblement, avec animations et débats, sera organisée.

Plus d’informations : http://www.stopaugazdeschiste07.org/spip.php?article235

———–
Samedi 17 mars – Manifestation lors du Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME) :

Le FAME (14 – 17 mars à Marseille) s’oppose aux velléités du Conseil Mondial de l’Eau (CME) et des multinationales qui le composent et qui organiseront, avec le soutien du gouvernement, un Forum Mondial de l’Eau dont l’objectif est d’étendre la marchandisation et la financiarisation de l’eau.
Durant le FAME, de nombreux ateliers sur la problématique « eau et extraction des ressources naturelles » seront organisés, dont l’un d’entre eux portera spécifiquement sur les luttes contre les gaz et huiles de schiste en Europe et dans le monde.
Manifestation du samedi 17 mars : une forte participation des collectifs citoyens contre les gaz de schiste est attendue, notamment ceux qui sont mobilisés contre les permis dans le Var et au large de Marseille.

Plus d’information : http://www.fame2012.org/fr/ 

————
Dimanche 8 avril : Pour un Trafalgar du gaz de schiste ! Pour en finir avec le permis offshore Rhône Maritime !

Trois jours avant la date butoir de signature du permis d’exploitation de pétrole en offshore profond au large de Marseille, une double manifestation, sur terre et sur mer, est organisée :

  • rassemblement maritime pour les marins avec départs décentralisés de tous les ports du littoral ;
  • rassemblement terrestre à quai pour tous les « sans bateaux », à partir de 11 h, Parc de la Navale (5 ha dans un cadre superbe dans la rade de Toulon), accessible en voiture, ou bien en navettes en bateau depuis le centre ville ;

Plus d’informations :

Publicités

Gaz et pétrole de schiste, ce n’est pas fini, mobilisation le samedi 23 Octobre !

14 octobre 2011

Si trois permis ont été abrogés sur 64 existants, les dangers soulevés par les collectifs citoyens quant à la possible exploitation de pétrole et gaz de schiste sur le territoire français, ne sont pas levés. Notamment, mais pas seulement, les 4 permis détenus par Toréador en Ile-de-France et Picardie. Raison pour laquelle, les collectifs citoyens appellent à une mobilisation le samedi 23 octobre, avec deux rassemblements, un dans le nord, l’autre dans le sud :

  • à Barjac, dans le Gard, à partir de 12h30 ; tract ici ou ci-dessous;
  • à La Ferté Sous Jouarre, en Seine-et-Marne, à partir de 15 h ; tract ici ou ci-dessous ;

Gaz de schiste : 3 permis abrogés, première victoire, la lutte continue !

6 octobre 2011

Ce mardi 4 Octobre, Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont annoncé (voir le communiqué officiel) l’abrogation des permis de Nant ( détenu par Schuepbach), Montélimar (Total) et Villeneuve de Berg (Schuepbach). Présageant cette annonce, la coordination nationale des collectifs citoyens contre les gaz et huiles de schiste avaient publié un communiqué annonçant que la lutte n’en était pas pour autant terminée et que « 61 permis d’exploration d’hydrocarbures liquides ou gazeux seraient encore en vigueur et concernent l’ensemble du territoire terrestre ou maritime français« .

Retrouvez ci-dessous quelques liens vers des textes ou articles :

Gaz et huiles de schiste : une loi qui ne retire pas les permis

27 juin 2011

La coordination nationale des collectifs anti-gaz et huiles de schiste déplore que la loi votée le 21 juin ne réponde pas « à ses attentes« . Elle exige que « le gouvernement retire les permis de recherche exclusif, instruits et délivrés dans la plus grande discrétion« . La coordination rappelle que « l’interdiction de l’exploration, et de  l’exploitation, y compris dans le cadre de l’expérimentation, des hydrocarbures compris dans la roche mère » est la revendication commune de tous les collectifs citoyens.

Retrouver le communiqué de la coordination ici.

Pour rejoindre ou contacter un collectif, en voici la carte où leurs coordonnées sont disponibles.

Gaz de schiste : « une petite loi »

18 mai 2011

Le 11 mai dernier, l’Assemblée Nationale a voté une loi qui n’abroge pas les permis délivrés et qui autorise la fracturation hydraulique pour l’expérimentation. Raison pour laquelle la coordination nationale des collectifs contre les gaz et huiles de schiste considèrent que cette loi est une « petite loi«  et « appelle à la poursuite et à l’amplification de la mobilisation des citoyens et des élus locaux » pour obtenir l’abrogation des permis.

Retrouver le communiqué de la coordination ici.

Pour rejoindre ou contacter un collectif, en voici la carte où leurs coordonnées sont disponibles.

Gaz de schiste : des États-Unis à l’Afrique du Sud, la contestation prend de l’ampleur

3 mai 2011

Les actions contre l’exploitation du gaz de schiste se multiplient dans le monde, pour obtenir des moratoires ou de nouvelles régulations. Alors que la Pologne, nouvel eldorado énergétique, est l’objet de toutes les convoitises, l’Afrique du Sud, la Suisse, la Suède ou l’État de New York ont décidé de mettre un frein à l’exploitation des gaz de schiste. Pourquoi ne pas obtenir un moratoire international ?

Revue de presse sur la situation internationale :

Gaz et huiles de schiste : trois journées de mobilisation !

13 avril 2011

Communiqué de presse, le mercredi 13 avril 2011,

Les collectifs contre les explorations de gaz et d’huile de schiste annoncent trois jours de mobilisations contre les prospections

La Coordination nationale des collectifs contre la prospection et l’exploitation du gaz et de l’huile de schiste a décrété les journées du 15, 16 et 17 avril 2011 journées de mobilisation sur tous les territoires concernés par les permis de prospection accordés par le Ministère de l’Ecologie en mars 2010, mais aussi dans les régions visées par d’autres permis à l’étude actuellement.

Le gouvernement français a été contraint de reculer face à la mobilisation de la grande majorité des habitants et des élus de ces territoires : il a suggéré aux industriels une pause pour tenter de calmer le jeu, a confié une mission chargée d’« expertiser » l’impact de cette nouvelle fuite en avant industrielle au Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et enfin, il a annoncé en fin de semaine dernière l’examen en urgence d’un projet de loi.

Si la coordination nationale se félicite des déclarations du gouvernement, elle attend avec impatience l’abrogation de la totalité des permis signés (Région Parisienne et sud de la France) et l’abandon de tous les permis en attente de signature.

Le weekend des 15, 16 et 17 avril sera l’occasion de maintenir notre mobilisation et de manifester notre refus de l’exploration de gaz et huile de schiste.

Les dates et lieux des mobilisations en France sont consultables ici.

La carte des mobilisations est ici.

 

« No gazaran » : la mobilisation contre les gaz de schiste s’amplifie

1 mars 2011

De 10000 à 20000 personnes ont manifesté le 26 février à Villeneuve-de-Berg (Ardèche). Deux mois à peine après les premières réunions d’information, c’est une foule impressionnante qui s’est déplacée pour la première manifestation nationale contre l’exploitation du gaz de schiste. Ni dans le sud-Ardèche, ni ailleurs. « No gazaran », « Pas la peine d’in-schister », « Sarko-schiste, dégage ! », « Que ma montagne est belle sans gaz de schiste » sont quelques-uns des slogans lancés lors de ce rassemblement haut en couleur.

La mobilisation contre l’extraction du gaz de schiste prend de l’ampleur, et la résistance s’organise : actions non-violentes, procédures juridiques pour annuler les permis d’exploration, campement sur les sites concernés et grand rassemblement citoyen sont en projet. Avec un objectif : au-delà des problèmes posés par le gaz de schiste, engager un débat sur l’avenir énergétique de nos sociétés.

Reportages plus complets :

Pétition à signer : Gaz de schiste, non merci !

Gasland à visionner : ici.

Gaz de schiste non merci !

23 janvier 2011

Sans aucune information, sans aucune consultation, le gouvernement français  a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit d’explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de schiste. Pour ce qui concerne le gaz de schiste, trois permis d’exploration ont été délivrés en mars dernier par le ministère de l’Environnement. Ces trois permis dits de Montélimar, Nant (dans l’Aveyron) et Villeneuve-de-Berg (dans l’Ardèche), offrent un terrain de prospection de plus de 9.600 km² des entreprises comme Total ou Schuepbach Energy. Par ailleurs, l’entreprise Toréador dispose de permis d’exploration de pétrole de schiste en Seine-et-Marne, sur une surface de 420.000 hectares.

Le gaz de schiste est du gaz naturel enfermé en petite quantité dans des schistes, roches et sédiments argileux. La hausse du prix des hydrocarbures a rendu son exploitation rentable. Pour être extrait, ce gaz nécessite l’utilisation de deux techniques : le forage horizontal et la fracturation hydraulique. Au bout d’un puits vertical, le forage devient horizontal. De grandes quantités d’eaux, entre 15000 et 20000 m3, agrémentées de très nombreux produits chimiques et de sable, doivent être injectées pour disloquer la roche et libérer ainsi le gaz, ensuite récupéré. A la surface, ce sont des centaines de camions-citerne pour acheminer l’eau ou évacuer le gas qui transitent quotidiennement sur des routes élargies ou nouvellement construites. (plus de précisions ici ou ici)

Parfois présenté comme l’après-pétrole, les gaz de schiste ont profondément transformé la situation énergétique des Etats-Unis. Mais après dix ans d’extraction, y sont observées des pollutions massives de nappes phréatiques et de l’air et destruction des paysages et de milieux naturels en raison des très nombreux puits forés, etc. (voir ici pour les risques). Raisons pour lesquelles une pétition a été lancée pour exiger un gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français :

Voici la carte nationale des collectifs contre les gaz et huiles de schiste.