Posts Tagged ‘via campesina’

Durban : appel de la Via Campesina

19 septembre 2011

A un peu moins de trois mois de la 17ème Conférence des Parties (COP 17) de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (UNFCCC) qui se tiendra à Durban en Afrique du Sud, du 28 novembre au 9 décembre 2011, la Via Campesina appelle « les mouvements sociaux et l’ensemble de la population à se mobiliser partout dans le monde« .  

Si des caravanes de paysans et paysannes africain(e)s partiront du Mozambique, de la Tanzanie, du Zimbabwe et d’autres pays pour converger à Durban , la Via Campesina appelle également à se mobiliser pour la Journée Mondiale d’Action qui aura lieu le 3 décembre. Alors que « les négociations sur le climat ont été détournées de leur objectif pour devenir de simples négociations mercantiles« , il s’agira, en collaboration avec des centaines d’autres activistes,  de manifester pour la justice climatique.

La déclaration est téléchargeable ici ou accessible sur le site de la Via Campesina.

Publicités

Cancun entérine Copenhague

7 décembre 2010

Compte-tenu de l’urgence climatique – les émissions de gaz à effets de serre ont vraisemblablement augmenté de 3 % en 2010 – il n’y a qu’une seule façon d’évaluer un accord : permet-il de réduire drastiquement les émissions de GES ? A la lecture des deux textes issus des négociations de Cancun,  la COP-16 n’aura pas été à la hauteur des enjeux, alors que les espérances n’étaient déjà pas très élevées. Les engagements actuels, selon les prévisions des scientifiques, pourraient conduire à une augmentation de la température de plus de 4°C. Soit un véritable désastre pour de nombreux pays fortement vulnérables aux dérèglements climatiques (îles, zones côtières, régions avec peu de ressources hydriques, etc…).

Bienvenue à Cancun (© shtig)

A cette absence d’engagements suffisants, s’ajoute la remise en cause du seul instrument légalement contraignant actuel, le protocole de Kyoto. Le nouveau texte offre en effet de nombreux échappatoires aux pays désirant se dégager de leurs responsabilités. Présentées comme de véritables succès, les mises en place d’un fond vert pour le climat et d’un dispositif pour lutter contre la déforestation sont loin d’être satisfaisants. Par exemple, les sources de financement du fonds vert ne sont pas précisées, laissant la porte ouverte à une primauté de financements privés possiblement issus des marchés carbone. Ce fonds sera par ailleurs confié pour les trois prochaines années à la Banque Mondiale qui ne cesse d’accroître ses financements pour les projets d’extraction de pétrole. Le dispositif REDD+ (Réduction des Emissions liées à la Déforestation et la Dégradation des forêts) quant à lui ne reconnaît pas les droits des populations locales et en l’état sera surtout une opportunité pour des multinationales ou des Etats de financer des projets « verts » à moindre coût sans rien changer de leurs émissions.

Au final, les Etats-Unis et la Chine sont les grands gagnants de cet accord, leurs exigences ayant toutes été respectées. Les Etats-Unis ne s’engagent sur rien de contraignant. La Chine ne verra aucun contrôle international sur ses politiques nationales. Une fois de plus, les réalités géopolitiques et économiques ont largement déterminé le résultat de ces négociations. Preuve en est qu’on ne sauvera pas le climat sans changer le système.

Ci-dessous un recueil de textes et de communiqués.

————–

Sur les négociations :

Sur les mobilisations :

Vidéos sur les mobilisations :

L’assemblée des peuples

La marche à Mexico du 30 novembre

Les caravanes

Qu’attendre de Cancun ?

29 novembre 2010

Un an après le résultat de Copenhague, une nouvelle Conférence des Parties (COP-16) sur les négociations climatiques va s’ouvrir à Cancun, paradis des fausses solutions urbaines et créée de zéro voilà presque 40 ans : destructions de mangroves, constructions en bord de mer, ville quasi uniquement desservie par l’aéroport, absence de transports en commun, etc…

Ici seront répertoriées quelques-uns des documents et communiqués sur les attentes, revendications et exigences des mouvements sociaux et environnementaux à la veille de ce nouveau sommet.

Mille Cancun… pour mille solutions !

28 novembre 2010

1000 Cancun ». Mille protestations. Mille actions parallèles. Mille solutions. C’est ainsi que la Via Campesina présente son appel à multiplier les initiatives décentralisées à l’occasion du sommet de Cancun sur le changement climatique (29 nov – 10 déc). (Voir cette interview pour plus d’informations).

En France, de nombreuses initiatives sont prévues. En voici quelques-unes :

  • A Cancon (Lot-et-Garonne), le samedi 4 décembre, pour une transition écologique et sociale, voir ici ;
  • A Aix-les-Bains le samedi 4 décembre, pour une projection-débat, voir ici ;
  • A Paris, le samedi 4 décembre, vélorution de la Bastille à Montparnasse, voir ici.
  • A Paris, le mercredi 8 décembre pour un duplex avec Cancun, voir ici ;
  • A Riom, le mercredi 8 décembre, pour une projection du film « Villes en transition », voir ici ;
  • A Clermont-Ferrand, le 10 décembre, pour une rencontre-débat, voir ici.

Egalement au programme, le mardi 14 décembre à Paris cette soirée bilan de Cancun.

—————–

N’hésitez pas à nous informer d’autres initiatives en nous écrivant (voir ici)

De Cancon à Cancun, pour une transition écologique et sociale

24 novembre 2010

Dans le cadre de l’appel du mouvement paysan international « Via Campesina » visant à organiser «Mille Cancún» dans le monde, un rassemblement citoyen massif sera organisé le samedi 4 décembre, de midi à minuit, à Cancon, dans le Lot-et-Garonne (voir l’appel ici et le dossier de presse).

Au programme, tables rondes, ateliers et débats pour aborder la question du changement climatique du point de vue des mouvements locaux. Un village alternatif sera installé avec stands et expositions présentant les alternatives portées au quotidien par des milliers d’individus, d’associations et de collectivités territoriales dans le domaine de l’habitat, de l’énergie, de l’agriculture, des transports… Animations musicales, théâtre de rue, repas et concerts rythmeront cette journée, et en feront un rassemblement coloré et festif. Un duplex aura également lieu en début de soirée avec les militant(e)s présents à Cancún, pour faire le point sur les négociations et les mobilisations des mouvements sociaux rassemblés au Mexique. (informations pratiques à retrouver ici ou ici)

Parce que de Cancon à Cancún, ce n’est pas le climat qui doit changer, c’est le système ! Un véritable mouvement citoyen international est en train d’émerger. Il entend peser sur les négociations. Les organisations, collectifs et individus qui le composent défendent l’idée qu’au delà du cadre international des négociations, le changement climatique est une problématique vécue au quotidien localement, partout dans le monde. De nombreuses luttes relatives au changement climatique et au système qui en est responsable se construisent dans les communautés locales, notamment en résistance à des projets d’infrastructure (LGV, aéroport, centrale nucléaire…), ou en proposant des alternatives concrètes dans de nombreux domaines : agriculture, transports, énergie, construction, industrie, finance, travail, consommation, aménagement du territoire…

DE CANCON À CANCÚN

Tandis que l’ONU se réunit à Cancún, les mouvements sociaux et citoyens se retrouvent à Cancon (Lot-et-Garonne) le samedi 4 décembre prochain.

Du 29 novembre au 10 décembre, à Cancún, l’ONU tentera de donner un nouveau souffle aux négociations sur le changement climatique, après l’échec du sommet de Copenhague. Face à l’incapacité des gouvernements d’arriver à un accord ambitieux et véritablement contraignant, la société civile se mobilise. A Copenhague en 2009, le contre sommet avait réuni plus de 50 000 personnes. A Cochabamba en avril 2010, en réponse à l’appel du gouvernement bolivien, ce sont 30 000 personnes qui se sont retrouvées. Ce dernier rendez-vous a permis de formuler un ensemble de propositions qui se retrouvent aujourd’hui sur la table des négociations à Cancún.

Un véritable mouvement citoyen international est en train d’émerger. Il entend peser sur les négociations. Les organisations, collectifs et individus qui le composent défendent l’idée qu’au delà du cadre international des négociations, le changement climatique est une problématique vécue au quotidien localement, partout dans le monde. De nombreuses luttes relatives au changement climatique et au système qui en est responsable se construisent dans les communautés locales, notamment en résistance à des projets d’infrastructure (LGV, aéroport, centrale nucléaire…), ou en proposant des alternatives concrètes dans de nombreux domaines : agriculture, transports, énergie, construction, industrie, finance, travail, consommation, aménagement du territoire…

Le mouvement paysan international « Via Campesina » a lancé un appel pour l’organisation de «Mille
Cancún» dans le monde.

En réponse à cet appel, nos organisations appellent à un rassemblement citoyen massif de midi à minuit à Cancon, dans le Lot-et-Garonne le samedi 4 décembre.

Au programme, tables rondes, ateliers et débats pour aborder la question du changement climatique du point de vue des mouvements locaux.

Un village alternatif sera installé avec stands et expositions présentant les alternatives portées au quotidien par des milliers d’individus, d’associations et de collectivités territoriales dans le domaine de l’habitat, de l’énergie, de l’agriculture, des transports…

Animations musicales, théâtre de rue, repas et concerts rythmeront cette journée, et en feront un rassemblement coloré et festif.

Un duplex aura lieu en début de soirée avec les militant(e)s présents à Cancún, pour faire le point sur les négociations et les mobilisations des mouvements sociaux rassemblés au Mexique.

Parce que de Cancon à Cancún, ce n’est pas le climat qui doit changer, c’est le système !

Retour sur la semaine d’action du 10 au 17 octobre…

6 novembre 2010

Du 10 au 17 octobre, s’est tenue une semaine internationale d’actions pour la justice climatique. Revenons sur quelques initiatives, en vidéo et en photos.

Au Royaume-Uni, une des plus grandes raffineries du pays a été bloquée par des centaines d’activistes à l’appel du groupe Crude Awakening toute la journée du samedi 16 Octobre. Voir l’article de la BBC et celui d’indymédia. Voir la superbe vidéo qui a été réalisée :

En écho à l’appel ARRET TOTAL du Camp Climat, une action de blocage d’une station-essence Total s’est déroulée le 15 Octobre à Paris. Voir la vidéo :

L’ensemble des initiatives se retrouvant dans l’appel lancé par Climate Justice Action se retrouvent indiquées sur cette page.

A Bayonne, organisé par le collectif Bizi!, et ce malgré les conditions météorologiques, le village Alternatiba, « village de transition vers le monde de demain” a reçu la visite de plusieurs milliers de personnes. Voir des photos ici et ici.

Vous pouvez aussi retrouver sur le site du collectif contre l’irradiation des aliments les informations relatives à l’initiative organisée à Paris, et sur le site de Combat Monsanto le bilan des initiatives prises le 16 octobre en France, journée mondiale d’action contre Monsanto et les OGM.

Plus loin, à Quito (Equateur), une manifestation conjointe du Forum Social Mondial des Migrations et du Congrès de la CLOC-Via Campesina (compte-rendu ici) a été organisée le 12 Octobre pour « des droits pour toutes et tous, une citoyenneté universelle, la souveraineté alimentaire et la réforme agraire ». Cette journée, supposée être l’anniversaire de la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb, a été réappropriée par les mouvements indigènes pour en faire une  journée en défense d’Abya Yala (désignation indigène de la « Mère nourricière »). La vidéo suivant explique les relations entre luttes paysannes et droits des migrants, les deux étant très liés aux dérèglements climatiques :

Cochabamba (presque) en direct…

22 avril 2010

En raison du volcan islandais, très peu de représentants d’organisations membres d’Urgence Climatique Justice Sociale ont pu se rendre à Cochabamba. Peu de textes et vidéos en français sont donc disponibles : vous en trouverez ci-dessous quelques-uns, accompagnés de quelques traductions, en grande partie réalisées par le projet Medium.

Visitez le nouveau site de la coalition internationale Climate Justice Now (fr, en, sp).

La déclaration finale est accessible :

ici en français ;

ici en espagnol ;

ici en anglais ;

En français :

Cochabamba : de la « guerre de l’eau » à la conférence alternative sur le climat, et Cochabamba : quand la planète « d’en bas » discute du climat par Pauline Lavaud, de la Fondation France Libertés, publiée par Bastamag.

Cochabamba : quand la voix des peuples se fait entendre, par Juliette Renaud, conseillère technique sur les problématiques environnementales du Prix Nobel de la Paix Adolfo Pérez Esquivel, et membre du REDAJ (Réseau d’assistance juridique contre les méga-activités minières).

La Via Campesina se mobilise pour la Conférence des peuples sur le Climat à Cochabamba, communiqués de presse de la Via Campesina, ainsi qu’ici, ici et ici.

Cochabamba : ambivalence et excitation, Cochabamba : quelles perspectives pour le mouvement du climat ? et Cochabamba : vers une semaine mondiale d’action pour la justice climatique par Tadzio Muller, militant des coalitions Climate Justice Action et Climate Justice Now.

Les droits de l’Homme et les droits de la nature sont les deux noms d’une même dignité par Eduardo Galeano, écrivain uruguayen.

En Bolivie, une nouvelle chance pour le climat, par Pablo Solón, ambassadeur de Bolivie à l’ONU.

A propos de l’initiative de Cochabamba et de « la TerreMère », par Pierre Khalfa

Cochabamba: les «alters» veulent un contre-sommet climatique, article de Jade Lindgaard pour Médiapart.

En Bolivie, appel « populaire » à un tribunal du climat, Article d’Hervé Kempf pour Le Monde.

Sommet de Cochabamba : un premier bilan, dépêche de Clara Delpas pour Novethic.

Cochabamba : rien à signaler, vraiment ?, par un blogger francophone présent à Cochabamba, ainsi qu’ici et ici.

En Anglais ou espagnol :

Le site officiel de la rencontre, notamment les bulletins d’information 1 et 2 et ici pour des vidéos.

La Web-radio des Amis de la Terre International où sont publiés de nombreux articles audios.

Un site américain très riche en informations, vidéos, retour historique sur la guerre de l’eau à Cochabamba.

Cochabamba: Mining protests overshadow climate summit, article du Guardian suite à une grève dans une mine d’argent bolivienne exploitée par une entreprise japonaise.

A New Climate Movement in Bolivia, par Naomi Klein

La déclaration des mouvements sociaux ici en anglais et ici en espagnol.